A l’heure de l’annonce de la prochaine génération, nous sommes en pleine période de rétrospection de ce qui fut accompli durant la génération sortante.  Parmi les changements ou les nouveautés qui sont apparues durant ces dernières années, l’une d’entre elle nous a semblé importante à résumer et à présenter.

C’est un mode de jeu qui est pour ainsi dire apparu et démocratisé sur consoles. On peut l’appeler mode horde, survie ou baptême du feu, mais cela ne change pas sa définition : de la coopération entre joueurs face à un ennemi généralement en surnombre contrôlé par l’ordinateur.

Il faut savoir que la coopération est un mode de jeu qui nous tiens particulièrement à cœur à mon frère et moi et ce depuis toujours. Et pour cause, c’est le gros avantage d’avoir un frère jumeau car vous avez toujours quelqu’un avec qui jouer. Et c’est ainsi qu’en ramenant deux potes d’enfance dans notre petit cercle de joueurs, nous nous sommes retrouvés à tester et à nous éclater sur tous les titres proposant un mode multi-joueurs en coopération à 4 joueurs aussi bien en local qu’en ligne.

Ce mode fut véritablement la réponse au jeu en ligne PvP qui s’est démocratisé via le Xbox live et le PSN. En effet, les modes de coopérations étaient rares et beaucoup de joueurs étaient en demande d’un mode alternatif ne nous forçant pas à livrer des matchs contre d’autres joueurs. Ce mode de jeu fut une bouffée d’air frais et nous rappelle que le monde du jeu vidéo n’est pas seulement régi par la compétition, et qu’il existait un mode maintenant presque oublié : la coopération ! Le mode « horde » fit donc son apparition dans de nombreux titres.

Il est d’ailleurs entre parenthèse intéressant de remarquer que ce mode fait échos ni plus ni moins au multi-joueurs en écran splitté à quatre qui a pour ainsi dire disparu de nos consoles sur cette génération. Et il est d’autant plus drôle que l’argument de bon nombre de joueurs à l’époque visant à justifier la suppression du multi à quatre sur une seule console était : « tout le monde a internet » ou encore « l’avenir c’est le réseau, on ne peut pas rester dans le passé ». Je ne peux alors m’empêcher de trouver amusant que ces mêmes joueurs aient crié au scandale à propos de la connexion obligatoire de la prochaine génération. Messieurs ne fallait-il pas se réveiller à l’époque ? N’est-il pas futile de crier à la perte de liberté, alors que nous avons perdu la plus simple des fonctions, soit jouer à 4 sur une seule console ?

Mais là n’est pas le débat et parenthèse close revenons à notre mode horde !

Le premier véritable jeu sur console ayant pris le parti de proposer un mode horde fut sans aucun doute Halo 3 ODST. Ce dernier fit son apparition sous le nom « baptême du feu » et proposa d’affronter des vagues d’ennemis covenants avec une équipe de 4 joueurs. Le but se basait uniquement sur le score. Un succès permettait de valider un palier comme pour motiver les troupes à résister. La partie est divisée en différentes vagues regroupées au sein de manches elles-mêmes contenues dans des jeux. Au fur et à mesure que les vagues défilent les ennemis se voient augmenter leurs capacités via des crânes.

Ainsi, au bout d’un certain moment les ennemis seront extrêmement résistants et plusieurs balles de sniper dans la tête ne suffiront plus à les éliminer. Chaque jeu remporté rapporte des vies supplémentaires que les joueurs se partagent. La partie se termine lorsque toutes les vies ont été épuisées. Sur ODST, il ne me semble pas qu’une fin à ce mode existe. Cela recommence en boucle jusqu’au moment où les statistiques des ennemis sont telles qu’il est impossible de gagner.

La force de ce jeu est qu’il propose des vagues d’ennemis constituées de convenants ayant des propriétés très différentes. Vous maudirez les vermines volantes où chaque balle doit atteindre sa cible, ou vous tremblerez lorsqu’une brute armée d’un marteau anti-gravité percera vos lignes dans son armure invincible et vous chargera sa puissante arme à la main. Le fait que les joueurs incarnent des humains et non des Spartans renforcera la tension et l’absence de régénération de la vie, comme dans les Call of Duty, sera un véritable défi pour tous les joueurs. En effet aller chercher les trousses de soin nous rappelle cette cruelle réalité des vieux FPS non assistés.

La sortie de Gears of War 2 suit de très près celle d’ODST. Intitulé mode horde, le jeu nous permet comme dans Halo d’affronter des vagues d’ennemis de plus en plus puissants. Ici, petite nouveauté, il existe une fin à ce mode, la vague 50 ! Et il est possible de reprendre à la dernière vague que l’on a atteinte. Le mode repose toujours sur la coopération entre 4 joueurs livrant bataille sur différentes arènes ayant différentes caractéristiques.

Ainsi, notre expérience nous a souvent fait jouer sur « Rivière » ou « Viré Sanglantes » alors que d’autres maps comme « Grêle » sont à déconseiller. La structure des vagues est relativement la même. Ces dernières fonctionnent par 10, avec la vague 1 remplie d’ennemis de base, comme des tickers et la vagues 10  remplie de Mauler, Grinder et Sanguinator. Lorsque la vague 10 est terminée le cycle recommence avec une IA ayant des statistiques augmentées.

L’apparition des ennemis sur la map fut un petit problème par rapport à Halo. En effet dans ODST les ennemis arrivent le plus souvent par vaisseaux et il est donc possible de les voir venir. Sur Gears la faible taille des maps, ne laisse que très peu de temps aux joueurs pour se recharger en munition qui s’épuisent très rapidement. Le problème est que parfois, les ennemis apparaissent dans la maison que vous venez de quitter pour ramasser des balles et vous laissent à découvert. Ce qui ne pardonne pas dans les dernières vagues. Il sera donc conseillé qu’un joueur reste en retrait pour empêcher l’ordinateur de faire apparaître les troupes ennemis dans votre dos. Cela sera bien sûr au prix de finir la vague au pistolet pour ce pauvre joueur sans munitions.

Gears a certainement instauré l’un des meilleurs modes horde de cette génération. Ce jeu est à essayer ne serait-ce que pour voir vos potes partir en courant en hurlant « Il va m’bouffer !!! IL VA M’BOUFFER ! » ou encore « Chacun pour soi, moi je me barre !!».

Ce jeu très attendu par les fans, ne le fut pas uniquement pour sa campagne ou son mode multi-joueurs mais également pour son mode horde. Gears of War 2 ayant révolutionné le genre, les joueurs attendaient de pouvoir mettre la main sur ce nouveau gameplay pour combattre les locustes entre potes. Et ils ne furent pas déçus. Reprenant les bases de la horde présente dans le deuxième opus de la série, GoW 3 nous propose des mécaniques de gestion directement intégrées dans ce mode. Ainsi il vous est possible de construire des barricades, des défenses, des tourelles et même un Silverback qui vous sera indispensable dans les dernières vagues.

Les cartes sont également revues pour s’adapter à ce système de défense et les ennemis également. Ainsi pour aurez la bonne surprise de voir apparaître toute les dix vagues, des ennemis très spéciaux. Fini la vague de monstres un peu balaises, maintenant c’est carrément des pseudos boss qui viendront vous titiller et pas des moindres. Au programme des Berserkers, des Reavers et même parfois… un Brumak ! C’est généralement là qu’un « Oh shit ! » sort de la bouche de vos coéquipier !

Une coopération sans faille vous sera demandé pour voir le bout des 50 vagues présentent dans ce mode. Et au plus vous y jouerai au plus vous serez récompensé et vos outils de défenses seront puissants. De quoi proposer un mode de jeu rallongeant de manière exceptionnelle ce jeu déjà très complet.

Passons maintenant à un autre jeu qui a révolutionné les jeux de zombies. La licence Left 4 Dead est l’une des meilleures actuellement disponible qui propose un mode coopération à 4 joueurs ayant un vrai challenge et un gameplay des plus réussi. La diversité des zombies, des maps et des modes de jeux en font l’un de mes soft préféré. Mais attardons-nous sur le mode survie qui est présent aussi bien dans le premier que le deuxième opus.

Ce mode est assez basique et ne reprend pas un système de vague à proprement parler. Les zombies arrivent en flux constant et il faudra toujours être sur ses gardes pour ne pas se faire submerger. Mais attention, une horde de zombies charge parfois vos défenses et là ça devient vite le gros bordel ! Entre les Tank qui vous défoncent, les hunters qui vous plaquent au sol et les boomers qui vous vomissent à la tronche vous serez servi.

Le but ici est de tenir le plus longtemps possible pour décrocher la médaille d’or. Et ce n’est pas de la tarte ! Une bonne dose d’entrainement et une coordination sans faille vous sera demandée pour réussir à venir à bout de ce mode survie de plus diabolique mais également des plus réussi dans ce qu’il se fait actuellement dans ce mode de jeu.

Même si ce mode de jeu apparu dans Call of Duty World at War fait actuellement fureur auprès de la communauté de joueurs, nous n’avons jamais spécialement accroché à ce dernier. Ne serai-ce que par le manque d’originalité dans les zombies présents qui se content la plupart de marcher dans votre direction sans vraiment réfléchir. Le mode est intéressant mais n’a pas sa place selon moi dans les meilleurs jeux mettant en avant ce mode de coopération. Comme on dit les goûts et les couleurs.

N’ayant pas accroché au premier opus et encore moins à celui sur Black Ops premier du nom, j’ai au final très peu de chose à dire. De plus le jeu est construit de telle sorte que les joueurs se retrouvent dans une sorte de compétition non avouée internet au jeu. Ainsi celui qui mourra le premier sera le perdant et le plus riche et survivant le vainqueur. La coopération, qui est à la base du jeu, n’est plus vraiment l’élément clé de ce mode.

Peu d’évolution du mode baptême du feu dans cet opus de la licence Halo. Ce dernier reprend les mêmes mécaniques de gameplay qu’ODST en ajoutant cependant le nouveau système de classe présent dans REACH. Ainsi il vous sera possible de contrôler des Spartans équipes de Jetpack, bouclier, etc. Même si la révolution que l’on attendait n’est pas réellement présente, ce mode de jeu reste à la fois intéressant à jouer et la diversité des maps et leur level design en font un terrain de jeu des plus excellents.

De nombreux autres titres se sont prêtés avec plus ou moins de succès à ce mode de jeu. On peut citer dans la foulée Killing Floor et son extermination de zombie en multi-joueurs ou Alan Wake American Nightmare et ses possédés mais qui hélas reste en solo.

Tous ces jeux sont à la base de la coopération entre joueur et je ne parle pas de campagnes scénarisées ou deux joueurs doivent appuyer en même temps sur un bouton, mais d’une réelle entraide venu d’une réflexion commune. Un ennemi arrive par la gauche, pas de problème un coéquipier couvre cette zone. Un membre de votre équipe tombe au combat, t’inquiètes pas, un autre est là pour le ranimer.

C’est bien cette entraide qui devrait être à la base des jeux vidéo de nos jours et non l’affrontement dans la compétition. Je ne renie pas du tout le mode multi-joueurs PvP dont je suis également client, mais je regrette de voir la coopération céder la place à ce dernier. Mes plus grands moments et souvenirs dans l’univers vidéoludique restent ceux partagé entre potes en train de réussir ensemble plutôt qu’une victoire en solo contre des inconnus. A force de chercher l’affrontement et la confrontation on en oublie le principe même des jeux vidéo qui est l’amusement.

Categories: Dossier 1 likes

One Response so far.

  1. Alphajet dit :

    Rétrospective intéressante et plutôt d’accord pour dire que la mode du coop a été entre autres relancée par les jeux console que tu cites, alors que c’était un mode de jeu assez présent sur PC à la fin des années 90 mais qui est un peu tombé dans l’oubli pendant qqs années.

    Et franchement c’est un vrai plaisir de retrouver ces sensations de coopération. Je trouve que c’est limite plus marrant, plus fun que les modes compétitifs où trop de joueurs se prennent trop au sérieux.

Leave a Reply