Dans les jeux vidéo nous parlons souvent de mauvais jeux, de titres mal pensés ou mal codés. Ces jeux font rire ou pleurer lorsqu’on y joue et la plupart d’entre nous les évites grâce aux tests et autres avis des gamers. Mais il est une chose plus terrible encore, une chose que nous ne pouvons éviter avec nos petites manettes. Il s’agit du niveau pourri, ennuyeux ou mal pensé…
Les joueurs réagissent différemment à ces derniers. Certains vont lâcher le jeu ne pouvant supporter l’odieuse phase, d’autre vont se forcer quitte à souffrir pour passer le plus rapidement cette douloureuse épreuve. Enfin les plus malins d’entre nous irons jusqu’à le filer à un pote invité chez eux (oui oui j’ai vécu cela…) ou à passer le niveau grâce aux codes (de moins en moins évident de nos jours).
C’est en pensant à toutes ces minutes de souffrances que nous avons décidés de vous proposer les 10 niveaux, quêtes, mondes, phases de jeux les plus lourdes du jeu vidéo selon notre propre expérience.

1. Les portes d’Oblivions : Si vous avez joué à Oblivion vous avez inévitablement dû passer par ces portes… Au début c’est sympa, même carrément dépaysant, vous êtes projeté dans un monde parallèle ou vous devez trouver un moyen de fermer la porte entre ce monde et le votre. Ces portes vous allez en fermer un paquet de paquet ! Logique me diriez vous seulement voilà, ces phases de jeu n’évoluent pas… Aucune variation dans le but, il s’agira toujours de trouver la pierre sigillaire contrôlant la porte et de la retirer. Il n’y aucune interaction avec les habitants du plan des Daedras, si ce n’est leur taper dessus. Du coup lorsque vous finissez par voir ces portes, eh bien vous les évitez et lorsque vous n’avez pas le choix, vous vous blindez de potions et vous partez en sprint jusqu’à la pierre enfin d’écourter cette phase de jeu plus que répétitive et ennuyeuse…

2. Les quêtes journalières de World of Warcraft : Dans Wow il y a des quêtes journalières qui vous proposes de vous donner un objet épique monnayant « un peu » de votre temps. Cela est bien sur ironique, en effet le temps passé sur ces quêtes à faire tous les jours la même chose sans aucune variation vous donnera envie de vous pendre au cable de votre souris. De plus la récompense est complètement disproportionnée par rapport au temps investi dans la quête chaque jour. Partant d’une bonne idée, ces quêtes journalières finissent par devenir une raison d’aller à la Blizzcon et de tarter un ou deux MJ.

3. Les grottes dans Pokémon rouge et bleu : Dans Pokémon premier du nom, il y avait des grottes qu’il fallait parfois traverser. Jusque là pas de problème seulement voilà, le principe était toujours le même c’est-à-dire avancer jusqu’à la sortie, sans pause car sans centre Pokémon. A l’époque sur Game Boy pas de bouton de sprint et la bicyclette pour les premières grottes n’était pas accessible… Du coup on passait son temps à se faire attaquer par des racaillous et autre onyx qui étaient insupportables à combattre car très résistant. Pire, lorsqu’on prenait la fuite cela ne fonctionnait pas toujours… Certaines grottes étaient même plus gonflantes que d’autres avec par exemple celle d’Azuria qui nous obligeait à apprendre flash à un de nos Pokémon, compétence qui ne servait plus à rien dans la suite du jeu… Je ne vous parle même pas de la grotte d’Artikodin véritable labyrinthe dont on sait qu’au bout il y a l’oiseau, mais dont vous ressortez traumatisé par ces cailloux à pousser. La fin étant le moment où, dans la joie d’être arrivé au Pokémon légendaire vous lui infligez un one shot en ayant oubliez de sauvegarder (du vécu également). Pour finir j’ajouterai la route Victoire dont le nom ne tiens pas au fait d’y accéder avec tous les badges (ça c’est la partie facile), mais tout simplement de réussir à en sortir vivant entre deux Gravalanch et Rhinoferos de niveau 50… Je n’ai qu’une chose à dire béni soit les repousses !

4. Le roi lion : Le roi lion sur Megadrive, jeu aimé par Delo si il en est, a aussi son niveau bouse (tiens c’est pas mal comme expression). Ce dernier se situe dans la deuxième partie du jeu ou Simba est devenue un gros matou. Dans ce niveau le but et d’atteindre le rocher du lion via une série de grottes à traverser. Il n’y a aucune indication, les ennemis sont overs, pas de vies à l’horizon et vous ressortez généralement des niveaux précédents avec très peu de soleils, vous permettant de recommencer en cas de mort. Enfin bref un niveau « je te visite les salles pour rien » comme on les aime, surtout à l’époque sans solution disponible.

5. Desert Storm 2 : Pour ceux qui ne connaissent pas ce jeu, il s’agit d’un TPS nous proposant de diriger quatre soldats spécialisés durant la Guerre du Golfe. Le jeu sur console nous permet de jouer en écran splitté à quatre avec des potes. Durant l’une des missions, de plus l’une des plus longues, il s’agit de s’infiltrer sans se faire repérer. Tout pourrait être agréable à jouer sauf que voilà, l’un des joueurs n’à pas d’armes silencieuses mis à part le couteau. De fait la mission devient hyper ennuyeuse pour le pauvre joueur contrôlant ce personnage contraint de rester comme un benêt à regarder ces potes jouer. Par compassion pour ce joueur que vous connaissez étant donné que c’est son blog, ce jeu fait partie de cette liste !

6. Tomb raider 4 : Tomb Raider 4 a l’avantage de nous proposer tout une gamme de niveaux bouses. En effet le jeu se propose de nous offrir une succession de ces niveaux à la chaîne. L’aventure se passe intégralement en Egypte ce qui a pour but de nous soûler très très vite surtout après Tomb Raider 2 et 3 qui nous faisaient voyager à travers le monde. Ce jeu à créé le « traumatisme de l’environnement oppressant », nous imposant de bouffer du sable de A à Z de l’aventure. Les énigmes sont toujours les même, bref oui ce n’est pas vraiment un niveau en particulier mais un jeu en entier que je cite mais bon c’est mon top 10 et ce jeu ma trop soûlé, je tiens donc ma vengeance gniark gniark !

7. Le Temple de l’eau dans Ocarina of Time : Dans ce jeu qui est certainement l’un des meilleurs de toutes les générations de consoles confondues, il y a un moment ou vous devez visiter plusieurs temples. L’un d’eux hante encore les nuits de bon nombre d’entre nous. Le Temple de l’eau ! Ce temple est tellement dur qu’il en devient lassant. Bon nombre d’entre nous se sont lassés durant des jours à cause de la complexité de l’agencement du niveau. Certains en on appelé aux potes et d’autres se sont résignés à acheter la solution (oui toi là, ne te cache pas je sais que tu as triché !). Bref un moment de solitude devant sa console comme on en fait plus de nos jours.

8. Jabuu Jabuu: Zelda est encore cité dans ce top 10, mais c’est hélas pour une bonne raison. En effet dans cette série nous sommes amenés à devoir porter une princesse. Cette dernière se trouve dans Ocarina of Time et est enfermée dans le ventre d’un poisson géant nommé Jabuu Jabuu. Non contente de vous snobez, elle devra être portée jusqu’à la sortie, ne prenant même pas la peine d’éviter les monstres ou les foutus pièges qui la font tomber dans les salles que vous venez de quitter. Un vrai cauchemar pour tout joueur qui se respecte et qui je suis sur ne manquera pas de lui BALANCER LA MANETTE DANS SA FACE DE TRUITE !! (elle est moitié poisson).

9. Sonic unsleashed : Ce jeu est un peu comme le Ying et le Yang, la glace chocolat vanille en boite, avec un bon coté et un coté décevant voir horrible. Dans Sonic Unleashed vous alternez les phases de vitesse, rapides, stylisées et pleines d’action avec un hérisson bleu au top de sa forme et avec des phases que seul les plus résistants d’entre nous pourrons passer. Sur le coup je parle en connaissance de causes ! Oui j’ai fini ce jeu et oui j’en ai bavé ! Ce jeu fut mon Vietnam à moi, il m’a marqué psychologiquement ! La nuit je me réveille encore en sursaut lors des nuits de pleine lune car je sais que le hérisson garou et son gameplay foireux rode dans l’ombre… Tout cela pour vous dire que ces périodes de plateformes avec un Sonic massacré furent certainement la chose qui cassa le plus l’ambiance dans un jeu avec pourtant pas mal de qualités. Les niveaux sont durs, hyper méga répétitifs, sans aucunes nouveautés. On en vient à craindre la nuit dans le jeu et même en dehors…

10. Assassin’s Creed Revelations : Pour finir la trilogie d’Ezio Auditore comme il convient, Ubisoft a sorti le maximum de « nouveautés » pour nous faire croire qu’il ne s’agissait pas d’un « Brotherhood 2 : La quête enlevée exprès pour te faire racheter un jeu ». Seulement voilà, même si le jeu est bien sympathique, une nouveauté aurait pu ne pas être implémentée. Il s’agit des phases tactiques où l’on défend ses quartiers. Tout d’abord il faut savoir qu’il faut vraiment être une quiche molle pour se faire attaquer. Ensuite si vous en arrivez à cette extrémité (honte à vous bande de nazes), eh bien tant pis pour vous ! Les attaques n’ont aucunes chances de vous faire perdre. Vos troupes sont over, tout simplement, les ennemis vont au massacre tel des bœufs à l’abattoir et la seule raison pour laquelle vous seriez amené à perdre serait de tomber dans les pommes devant votre console pendant l’attaque (j’avais pensé à une panne de piles mais la console se met en pause automatiquement…).

Je pourrais citer bon nombre d’autres niveaux, quêtes et autres moments légendaires dans le monde vidéo ludique mais je préfère plutôt vous poser cette question : Et vous vos niveaux pourris c’étaient lesquels ?

Categories: News 0 like

7 Responses so far.

  1. Seekfull dit :

    Moi j’ai pensé au niveau  » Avalanche  » dans le dernier SSX
    Tellement horrible qu’on est obligé de faire toute la course avec le personnage VUE DE FACE ! Pratique dedans un jeu de Snow-board ! :)

  2. Bene dit :

    Excellent comme article ! Sur tous ces exemples, je me souviens surtout du temple de l’eau ! Qu’est ce qu’il pouvait être stressant comme endroit !!! J’avoue même que c’est a cause de lui que je n’ai pas continué Zelda sur la 3ds ! :p
    Un niveau chiant, que je n’ai jamais réussi a passer d’ailleurs, c’est le dernier tableau de Heart of darkness sur super Nintendo, je n’arrivais pas a faire sauter mon perso comme il fallait :/ Et pourtant, c’était un excellent jeu ^^

  3. Groumpf dit :

    Dans le genre inutile et juste pénible, j’avais bien aimé (ou pas) les phases de fusillades dans L.A. Noire. Des phases de jeux clairement rajoutées à la demande de Rockstar où il est impossible de perdre, où il suffit d’avancer et de cliquer sur les pabos…
    Et bien sûr à L.A., un bon suspect est un suspect mort !

    Sinon, en add-on chiante, y a le DLC de The Binding of Isaac. RENDEZ MOI MON JEU FINI A 100% !!!!

  4. […] Deloriand.com : Les 10 niveaux les plus ennuyeux dans les jeux video […]

  5. Trop d’accord avec ton classement XD
    Les grottes dans Pokemon y a pas que dans Rouge et Bleu qu’elles sont relous, perso j’peux supporter AUCUNE d’entre elles !

    Et quand on doit se coltiner la princesse Ruto dans Zelda, WTF je m’en souviens encore, quel boulet cette fille -_-

  6. ZeLumi dit :

    Très bon article, maintenant s’il me vient un jour l’opportunité de jouer à ces jeux je saurais à quoi m’attendre :-D
    En revanche, s’il y a une quête qui méritaient d’aller dans le classement, c’est celle du premier opus de Borderlands où il fallait tuer des clap-trap à la pelleté (je crois qu’en tout il fallait en tuer au moins 500). Le problème n’était pas forcément de les tuer, mais le point de spawn de ces clap-trap était très étendu et l’intervalle de respawn était affreusement lent, ce qui nous forçait à attendre une nouvelle série de clap-trap pendant au moins 10 minutes après avoir tué la première série.
    Quoi qu’il en soit, très bon travail Deloriand :)

  7. Jeep dit :

    Ho déception, le niveau sous l’eau des tortues ninja sur NES avec les algues électriques n’est pas la….

Leave a Reply