Lords of the Fallen

Développé par Deck13 Interactive et CI Games et publié par Namco Bandai Games, Lords of the Fallen se veut comme l’enfant illégitime de Dark Souls et de Darksiders 2. Mais qu’en est-il réellement ?

Lords of the Fallen est donc un jeu du genre Action-RPG tourné entièrement vers les consoles Next-Gen puisqu’il est uniquement sorti sur Xbox One, PS4 et PC. Selon les développeurs eux même, le jeu se positionne comme un hybride entre Dark Souls (pour sa maniabilité) et Darksiders (pour son univers). Mais à trop se baser par rapports à d’autre titres, on peut se demander si Lords of the Fallen a su se forger une identité propre et nous offrir une expérience de jeu originale.

Synopsis :

Dans un monde impitoyable où aucun péché n’est jamais oublié, Harkyn, un criminel reconnu coupable, se voit confier une chance de rédemption. Alors que les dirigeants du monde s’apprêtent à trouver le moyen de bannir tous les maux de la Terre, l’armée d’un ancien dieu déchu de longue date attaque le royaume humain. Libéré de prison, Harkyn et son mentor, Kaslo, partent avec pour mission d’arrêter la guerre.

Dans son voyage, Harkyn devra forger des alliances solides et affronter des ennemis redoutables. Il va apprendre le vrai pouvoir des seigneurs Rhogar – commandants de l’armée de Dieu.

L’ancien dieu arrivera t’il a asservir l’Humanité ou cette dernière sera t’elle en mesure de bannir définitivement ? Les péchés de Harkyn pourront ils être jamais pardonnés ?

Lords of the Fallen

Comme tout bon Action-RPG digne de ce nom, le jeu commence donc par la création du personnage que l’on va incarner, cette étape se divise en 2 phases. La première est la sélection de la classe. Nous avons le choix entre 3 :

  • Assaut : plutôt orientée gros bourrin.
  • Leurre : un pseudo assassin.
  • Réconfort : un moine guerrier. Je déteste les moines guerriers… C’est le genre de personnage d’ordinaire facile à manier car ayant la capacité d’infliger des dégâts tout en balançant des sorts de soins. Typiquement le type de gars chargeant l’ennemi sans attendre ses potos, le tout accompagné d’une douce mélopée aux paroles ressemblant à « Lerroooooy Jeeenkins !!! ».

Quoi qu’il en soit, cette première étape est importante car elle va conditionner votre style de jeu. Allez-vous plutôt foncer dans le tas ? Ou vous la jouer furtif ? Pour ma part, j’ai testé les classes Assaut et Leurre qui sont vraiment très différentes à jouer. Le personnage avec un profil Assaut donne des coups dévastateurs et peut encaisser les attaques alors que le Leurre lui, esquive bien mieux et se déplace beaucoup plus rapidement.

La seconde phase est la sélection du type d’équipement où une fois de plus, votre choix devra se faire entre 3 types d’armures :

  • Guerrier : un ensemble d’armures lourdes
  • Clerc : un ensemble d’armures intermédiaires
  • Voleur : un ensemble d’armures légères

Chaque type d’armure possède un poids et une capacité d’encaissement différents. La première caractéristique influera sur votre vitesse de déplacement et d’esquive, tandis que la seconde déterminera la capacité de votre personnage à encaisser les coups. Le choix du type d’armure est important seulement pour le démarrage et la prise en main du jeu. Rapidement, j’ai trouvé un équipement de remplacement pour mon personnage, ajustant ainsi grandement son poids et sa réactivité.

Lords of the Fallen

Au fur et à mesure de notre avancée dans le jeu, notre personnage récolte des âmes de l’expérience qui viendra alimenter deux jauges différentes en fonction de nos besoins. Une jauge pour les points d’attributs et une seconde pour les points de sorts.

La jauge de sorts dépend de la progression de la caractéristique « Foi » de votre personnage, vous contraignant ainsi à augmenter de toute façon cet attribut si vous voulez accéder à de puissants sortilèges. Jusqu’ici on retrouve bien les codes du jeu Action-RPG à la sauce Dark Souls.

Points de competences et experience

Entrons maintenant dans le vif du sujet avec le jeu, ses graphismes et son gameplay !

Le jeu est hélas linéaire. Certes, vous aurez plusieurs chemins possibles dans chaque niveau traversé mais grosso modo, vous serez tout de même bien guidé pour avancer dans l’histoire et ne pas en perdre le fil. Les niveaux sont délimités par des boss à tuer, les Lords, qui seront beaucoup plus puissants et balaises que les monstres rencontrés habituellement. J’ai d’ailleurs dû m’y reprendre à plusieurs fois pour en arriver à bout.

Pour sauvegarder notre progression, des feux de camps pierres démoniaques sont disséminées à travers les niveaux. Elles permettent également de transférer l’expérience gagnée depuis le dernier point de sauvegarde. En effet, cette dernière s’accumule dans une jauge qui, si l’on meurt, formera un nuage à l’endroit de votre mort attendant sagement que l’on vienne la récupérer. Sagement ? Pas tant que ça puisque plus l’on met de temps à venir la récupérer, plus la quantité d’expérience diminuera et disparaîtra même si vous venez à succomber à nouveau en tentant de la récupérer. A chaque mort, les monstres tués depuis le dernier point de sauvegarde réapparaissent, nous obligeant ainsi à tout pourfendre à nouveau… Parfois un peu pénible lors de passages difficiles.

Certains portails démoniaques ouvrent quant à eux une porte vers une dimension parallèle : le Rhogar. De nombreuses créatures et trésors y sont dissimulés et l’ombre baigne entièrement ces passages, nous obligeant à avancer avec prudence.

Côté graphismes, le jeu se voulait comme un vrai jeu Next-Gen. Les graphismes sont donc plutôt jolis mais rien de bien transcendant non plus. Les effets d’ombres, de lumières et de fumées sont légions et contribuent à installer une atmosphère particulière au jeu.

Des graphismes next gen ?

Annoncé pour une quinzaine d’heures de jeu, Lords of the Fallen n’aura réussi à me garder que 6 ou 8h, le troisième Lord m’ayant passablement énervé, j’ai laissé tomber après y avoir passé plus d’une heure. La maniabilité y est à mon avis pour beaucoup car à chaque fois, je me fais avoir par mon personnage qui n’esquive pas correctement le coup qu’on lui assène… Pour un jeu qui propose une difficulté plus élevé que la moyenne ainsi qu’une maîtrise exigeante de son personnage, la maniabilité aurait du être plus pointilleuse.

Basant sa communication sur sa comparaison avec Dark Souls, le jeu n’en retient hélas pas ces principales qualités à savoir sa maniabilité et son aspect exigeant mais non frustrant ! Dark Souls est le type de jeu qui vous énerve, mais vous savez qu’a chacune de vos morts, c’est bien vous le responsable et non le jeu. Demander au joueur une certaines exigence dans son gameplay en proposant une difficulté accrue fait que cet aspect de frustration doit être bien équilibré et gérer à travers le gameplay. Ce que fait mal Lords of the Fallen.

Quoi qu’il en soit, je ne garderai malheureusement pas un souvenir impérissable de ce jeu dans lequel j’avais placé quelques espoirs lors du test presse et sur lequel je ne reviendrai pas. Ou pas tout de suite en tout cas.

Par Exeprod

Categories: Test jeux 0 like

One Response so far.

  1. xbox dit :

    merci pour cet article, tu as bien raison, je pense également la même chose et à vrai dire ça me déçoit un peu également.

Leave a Reply